logo télégramme

Ker Spi. Le handicap crève l’écran

Article du 8 mars 2012 – Le Télégramme

Le foyer de Ker Spi accueille, depuis dimanche, le tournage d’un court-métrage intitulé «Retour vers le fauteuil (comédie à roulettes, ou pas)». Un grand moment dans la vie du lieu d’accueil médicalisé.

«On souhaite que les résidants puissent sortir hors du foyer autant qu’ils le veulent… mais l’extérieur a aussi tout intérêt à venir visiter l’intérieur», assène Pierre Hérissard, directeur du foyer d’accueil médicalisé de KerSpi, à Plérin. Un précepte qu’ont suivi six étudiants du lycée Léonard-de Vinci de Montaigu (85), venus réaliser leur projet de fin d’étude: un court-métrage d’une quinzaine de minutes qui sera présenté en avril au jury de leur BTS audiovisuel. «Ils ont 20-21 ans et n’ont pas forcément été confrontés au handicap dans leur vie auparavant. Si leur arrivée, samedi, s’est faite sur la pointe des pieds, il y a aujourd’hui une vraie complicité avec les personnes en situation de handicap», se félicite de son côté Patrice Gablin, professeur au sein de l’établissement scolaire. «Tant qu’à devoir composer avec les contraintes d’examen, autant faire en sorte que le film puisse servir», ajoute-t-il.

Plus qu’un effet «Intouchables»

Évidemment, le tournage d’un film traitant du handicap évoque le récent succès d’«Intouchables». À la différence que le metteur en scène, Philippe Le Coq, n’en est pas à son coup d’essai. Au sein de la compagnie Artémiss de Port-Saint-Martin (44), dont il est aussi le directeur artistique, le natif de Saint-Brieuc a déjà réalisé de nombreux projets avec des personnes en situation de handicap. Et ce depuis de nombreuses années. Yannick Labbé, résidant du foyer de Ker Spi, a d’ailleurs été mis à l’honneur dans un précédent court-métrage: «Négatif». «Il y a 20 ans, dès qu’on voyait une personne en fauteuil roulant, on ne la regardait pas, on ne voyait que le fauteuil», soutient-il. Pour Pierre Hérissard, «le regard des gens a commencé à changer bien avant « Intouchables », mais le film a permis de libérer la parole».

Des relations «fortes mais normales»

«Après quelques jours de tournage, il se passe quelque chose d’à la fois extrêmement fort, mais finalement de très normal: les étudiants parviennent à voir au-delà du fauteuil et découvrent des personnes. Ça peut même être assez touchant. Hier, en fin de journée par exemple, Mathias, un des résidants qui n’a pas l’usage de la communication verbale, voyait bien que le cadreur peinait avec ses 25kg de matériel à l’épaule. Il a pris sa tablette d’écriture pour lui dire: « Je vois bien que tu souffres. Je souffre avec toi »», conclut Patrice Gablin.

 

logo ouest france

Jumbo Run

l’article du Ouest-France du 17 septembre (lien vers l’article)

C’était la quatrième édition du Jumbo-run à Plérin, dimanche, sous la houlette de Jean-Paul Verré, vice-président du moto-club Plérinais, et de Pierre Hérissard, directeur de Ker-Spi. Quarante motards et side-caristes du club de Plérin ont embarqué les résidants du foyer Ker-Spi pour une journée de balade sur les routes, en direction de Mûr-de-Bretagne. L’opération a ravi trente handicapés qui ont vécu des moments très forts. « Ça change des journées passées au foyer, et des sorties en minibus », explique Pierre Hérissard, lui-même motard passionné.

 

jumbo run - Ouest-France

Revue de presse : 1er août 2011- 19 ans de Ker Spi

Comme chaque année au 1er août, Ker Spi fête son anniversaire : 19 ans cette année !

Voici deux articles de presse qui relatent ce moment :

Ouest-France du 04/08 : 

Lundi midi, au foyer d’accueil médicalisé Ker Spi, 120 convives ont fait la fête à l’occasion des 19 ans de la maison, qui a ouvert ses portes à Plérin, le 1 er août 1992. « Aujourd’hui, Ker Spi accueille et accompagne 35 personnes dans un parcours d’habitats diversifiés, en résidences et en appartements intégratifs avec deux agréments : un accueil médicalisé et un accueil social », précise le directeur Pierre Hérissard.

Le conseil général des Côtes-d’Armor, principal partenaire financier de Ker Spi (2 millions d’euros par an), a prêté pour la circonstance des casques de chantier. Revêtus d’un gilet jaune, les invités et les résidants ont ainsi pu visiter les travaux d’extension en cours dans l’établissement. Une extension qui comprendra deux nouvelles salles d’activités polyvalentes, un espace de relaxation et un atelier pour l’homme d’entretien.

Six nouveaux logements en construction

Hors des murs du foyer, Ker Spi et l’association départementale des infirmes moteurs cérébraux (ADIMC 22) annoncent la création d’un nouveau type d’habitat adapté. « Notre dossier a été retenu par le conseil général pour la mise en place de six habitats regroupés, formule intermédiaire entre l’établissement médico-social et le logement privé, explique Jean-Claude Graindorge, vice-président de l’ADIMC. Nous avons acquis un terrain à Trégueux, et nous venons de lancer, en partenariat avec Côtes-d’Armor Habitat, la construction de six pavillons adaptés, sur des surfaces deux fois plus grandes que les studios actuels. »

Télégramme 1er aout 2011

Télégramme du 03/08 : (lien vers l’article)

Lundi, les résidants du foyer d’accueil médicalisé Ker Spi et les locataires du service d’accompagnement à la vie sociale, ont soufflé les 19 bougies du service. 120 personnes étaient présentes à cet instant festif, dont les administrateurs, parents et amis. Et pour l’occasion, tous avaient revêtu un gilet jaune et un casque de chantier pour rappeler les travaux (deux nouvelles salles d’activités polyvalentes, une salle de relaxation et un atelier pour l’homme d’entretien).
L’animation musicale était assurée par le groupe de Ker Spi, dirigée par Thierry Svahn, les chanteurs de La Bordée et Freddy Breizhirland. L’année prochaine, le foyer fêtera ses 20 ans et l’association ses 25 ans.

ouest-france 1er aout 2011

logo télégramme

Yannick Labbé. Des planches au plateau de tournage (Télégramme du 01/08/2011)

L’article du Télégramme au sujet de la sortie du DVD Négatif (lien vers l’article)

Aujourd’hui, comme chaque 1eraoût, le foyer Ker Spi sera en fête. On y célébrera le 19eanniversaire de la structure. Parmi les invités, il y aura un comédien, devenu récemment acteur, Yannick Labbé. Il n’arrivera pas sur un tapis rouge ni sous les flashs des paparazzi. Il circulera, comme tous les jours, dans son fauteuil roulant, dans les couloirs qu’il connaît bien. Car Yannick Labbé est, comme les autres résidants de Ker Spi, handicapé moteur cérébral. Ce qui ne l’empêche pas de s’adonner à sa passion, la comédie. Il y a huit ans, Artemiss compagnie qui lui a donné la chance de monter sur les planches.

Premier rôle dans uncourt-métrage

Ces planches, ce sont celles de La Passerelle, à Saint-Brieuc, pour une pièce de théâtre qui l’a ensuite fait voyager de Reims à la Turquie. Elle était placée sous la direction de Philippe Le Coq qui, il y a quelques mois, a été inspiré par une autre des passions de Yannick: la photographie et le photomaton, dans lequel il officie au gré de manifestations festives. C’est ainsi qu’est né le scénario de «Négatif», court-métrage co-réalisé par Patrice Gablin, et tourné à Pâques, à Saint-Cyprien (66). Yannick y tient le premier rôle, son propre rôle. Enfin presque, puisque le film aborde surtout le sujet «dont on ne parle pas»: la sexualité dans le monde du handicap. On y préfère le mot «relations», qui n’implique pas le rapport sexuel.

Un moyen-métrage l’an prochain

«Dans certains foyers, les résidants n’ont pas le droit de se faire un baiser, même pas de se tenir la main», regrette Yannick Labbé. C’est donc avec enthousiasme qu’il a accepté de jouer dans ce film, qui sera un outil de travail pour les professionnels, et qui doit notamment être diffusé en septembre, au Congrès national des associations IMC, à Angers. Pour Yannick Labbé, le tournage a parfois été fatiguant: «Il y une journée où il a fallu se changer cinq fois, une autre qui a duré de 9h à 23h, pour les plans de nuit». Cependant, ses efforts sont maintenant récompensés. «En une semaine de tournage à Saint-Cyprien, le regard des gens de l’extérieur a changé. Pour ceux qui ne venaient pas vers moi au début, j’étais devenu une star, reconnue en tant que personne et non en tant que handicapé.» Une personne reconnue, également, en tant que comédien. Yannick sera rémunéré à ce titre, et touchera des royalties sur la vente des DVD. Et sa nouvelle passion ne s’arrête pas là. Un moyen-métrage est en projet. Il devrait être tourné l’an prochain à Ker Spi, pour les 20 ans du foyer. «J’aimerai tourner plus mais Denis Messager, aide médico-psychologique qui m’a accompagné sur le tournage, ne peut pas être qu’à mon seul service» philosophe Yannick.

Yannick Labbé

logo ouest france

Service Civique (Ouest-France)

Un article du Ouest France – 4/5 juin 2011

Lucie, Ingrid, Marceau et Mathieu l’effectuent à Cap Aventure. Cette association travaille en partenariat avec le monde du sport et du handicap.

Lucie, Ingrid, Marceau et Mathieu

Lucie, Ingrid, Marceau et Mathieu – Anne-Gaelle sur la joelette

Pourquoi ? Comment ?

Qu’est-ce ce que le Service civique ?

Créé par Martin Hirsch en 2010, le service civique est un engagement volontaire d’une durée de 6 à 12 mois, permettant aux personnes âgées de 16 à 25 ans de s’engager pour une mission au service de la collectivité. Pour ces quatre jeunes, « c’est un bon outil pour choisir une orientation et sortir avec une expérience humaine. Ça nous permet de sortir du chemin de l’école, de donner de notre temps et de notre personne en demeurant autonomes. » Ils perçoivent environ 500 € par mois de l’Etat.

Quelles motivations ?

Pour Lucie, « avoir une expérience d’animation sociale ». Pour Ingrid, « envisager le concours d’éducateur spécialisé en ayant des arguments pour l’oral ». Pour Marceau, « découvrir le milieu du handicap », et pour Mathieu, « avoir une expérience, hors du domaine scolaire pour passer le concours d’éducateur spécialisé ».

Que font ces jeunes à Cap Aventure ?

L’association est partenaire du Foyer Ker Spi (foyer d’accueil médicalisé pour adultes handicapés) et de l’Association des paralysés de France (APF). « Nous avons deux missions, indiquent les quatre jeunes : découvrir les métiers du médico-social et permettre à des personnes en situation de handicap de découvrir le sport. À Ker Spi, nous les accompagnons au quotidien et à l’APF, on fait la promotion des sorties sportives : patinoire, piscine, randonnée en joélette. Depuis mars dernier, nous nous entraînons pour participer au championnat du monde de joélette à Bourcefant (Charente). Cette course de 10 km permet à des valides de « transporter » leur co-équipier non valide. » Selon Catherine Choulot, responsable par intérim de Cap Aventure, « l’association espère ouvrir à nouveau une mission de service civique en 2012, en lien avec Ker Spi et L’APF ».

Cap Aventure, 3, rue Hervé-Pommeret. Tél. 02 96 68 01 07.

lien vers l’article : cliquez ici

 

logo télégramme

Ker Spi. Un voyage virtuel au Canada (Le Télégramme – 10 mars 2011)

« À compter du 1eravril, les résidants du foyer Ker Spi voyageront de la Colombie britannique à la Nouvelle-Écosse, en suivant sur Internet le périple de Gwenaël Quéant dans sa traversée du Canada. Pour certains, des souvenirs remonteront à la surface.

Gwen Queant

Le Costarmoricain Gwenaël Quéant va entamer une course à pied de près de 6.000km, entre Vancouver et Halifax, pour sensibiliser à la lutte contre la sclérose en plaques. Il ne manquera pas, dans sa traversée du Canada d’ouest en est, de passer par Montréal, au Québec. Une province avec laquelle Ker Spi entretient des liens épistolaires réguliers, depuis le séjour d’études de quelques-uns dans un centre pour personnes handicapées, en 2006, puis un échange de studios entre deux résidants, en 2008.

Défi pour l’un, récréologie pour les autres

«Nous en avions rapporté l’idée de développer en France le concept de récréologie enseignée dans les universités, qui tend à donner du sens et une utilité sociale aux loisirs des personnes souffrant d’incapacités. Suivre le défi de Gwenaël, avec l’ouverture que cela apporte sur le monde extérieur, entre totalement dans ce cadre», a expliqué Pierre Hérissard, directeur du foyer. C’est aussi dans ce cadre que Ker Spi, qui vient d’adhérer à l’association Baie de Saint-Brieuc – Québec soutenant le projet, a reçu, mardi, le coureur, pour une présentation de ses motivations, de son parcours, de ses espoirs de rencontres, qu’il partagera régulièrement, via photos et textes. »

L’article du Télégramme

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/plerin/plerin/ker-spi-un-voyage-virtuel-au-canada-10-03-2011-1230761.php?utm_campaign=rss&utm_medium=rss&utm_source=rss_telegramme&xtor=RSS-21