L’appartement intégratif

« L’appartement intégratif » est un dispositif annexe du foyer Ker-Spi. Son ouverture a eu lieu en novembre 1998.
« L’appartement intégratif » est situé sur la commune de Plérin au Légué. Trois personnes sont accueillies sur ce dispositif et elles sont accompagnées par trois professionnels (2,5 ETP).

A ce jour 10 personnes résidantes sont passées par cet appartement intégratif avant d’intégrer d’autres lieux.

Description de l’appartement

Un appartement (2 place) est intégré dans un immeuble comprenant une vingtaine de logements. Il se situe au rez de chaussé, avec vue sur le port du Légué. L’appartement correspond à un T4. Il se compose de 3 chambres équipées de lavabo, de deux grandes pièces, une cuisine, une salle de bain avec wc, une buanderie, un bureau et un second wc.
Un second appartement (en face du 1er – via la cours intérieure), type t2 (une chambre/salle de bain – rail au plafond – et une grande pièce à vivre) permet d’accueil de la 3ème personne.

Le projet de « l’appartement intégratif »

L’émergence de l’appartement intégratif prend son départ dans le désir de certaines personnes résidantes, à entrevoir la possibilité d’un « ailleurs ».

Quitter le foyer (la collectivité) est-ce possible ? Pour aller où ? Comment préparer la perspective d’un « chez soi » sans aller trop vite ?

L’idée de « l’appartement intégratif » s’inscrit dans ce souci. Ouvrir un lieu où la personne résidante puisse faire l’expérience d’une organisation et de divers apprentissages, tout en respectant son rythme.

Aussi, ce dispositif se veut être un « sas », une étape intermédiaire entre la vie en foyer et la vie « chez soi ». Cependant cette trajectoire des personnes accueillies peut-être différente. En effet, être accueilli à l’appartement intégratif peut également signifier un moyen pour découvrir la vie en  petit groupe pour une personne qui aurait vécue chez elle auparavant.

Ce qui est prépondérant, c’est que la personne aspire à une évolution dans laquelle elle recherche son équilibre. Cela nécessite des prédispositions en terme notamment d’autonomie de déplacement, d’aptitude à la gestion du temps ou encore de pouvoir rester seul la nuit.

Ainsi, l’appartement intégratif offre la possibilité aux personnes résidantes d’expérimenter la gestion de leur quotidien.

Au-delà de l’accompagnement des personnes résidantes, d’une réponse à leurs besoins et d’un confort de vie (toilette, habillage et soins) il s’agit de leur permettre de s’impliquer dans les tâches domiciliaires. (Le ménage, le linge, l’élaboration des menus, la préparation des repas et les courses). A cela se rajoute bien sur les activités personnelles des personnes résidantes. (Choral, danse, yoga, piscine, A.P.F. etc.)

L’ensemble de ces différents moments de la journée demeure ainsi un support au travail (ou processus) d’autonomisation des personnes résidantes.

Comment ce travail d’autonomisation s’opère ?

Pour les professionnels l’idée est de pouvoir dans un espace sécurisant, laisser la plus grande place possible aux personnes résidantes dans ce qui constitue leur quotidien. C’est ainsi que progressivement les professionnels se « dégagent » pour laisser les personnes résidantes prendre leurs  responsabilités et assumer leurs choix. On peut ainsi par exemple évoquer pour les personnes résidantes, l’importance de pouvoir décider de l’heure à laquelle elles souhaitent se lever. Planifier leurs rendez-vous et au besoin réserver des transports…

En proposant également aux personnes résidantes de participer aux courses, c’est leur permettre d’être en « prise » avec la valeur des choses, de découvrir leur environnement et d’être dans du lien social. Mais avant tout  pour les personnes résidantes c’est d’être pleinement actrices et auteures de leur vie.

Par ailleurs, les personnes résidantes sont amenées à « partager » l’intervention des professionnels. Cela les conduit à appréhender des moments seul (solitude) ou à organiser leur temps, en tenant compte de la disponibilité du professionnel. On perçoit à travers ces exemples, en quoi  le fonctionnement du dispositif permet pour la personne résidante l’expérimentation de son espace et de son potentiel.

En conclusion, l’appartement constitue un moyen institutionnel qui participe au parcours résidentiel des personnes résidantes. De plus cet « appartement intégratif » démontre que l’habitat est un outil intéressant pour aider les personnes résidantes dans leur contribution à la vie de la cité. En d’autres termes : « Un autre habitat pour un autre regard sur soi ».